Tournée slow food à Charleston

Deux, trois jours suffisent pour découvrir une ville charmante où le restaurant scene est en pleine ébullition, où des chefs allumés pratiquent une version moderne de la cuisine du Sud en misant sur le «merroir» et les produits locaux des Carolines, et où l’ambiance est dénuée de toute prétention.
Texte MJ Desmarais



Bon, on n’a pas tellement envie d’aller au pays de celui dont on ne peut prononcer le nom par les temps qui courent. Mais nous avons fait une petite exception pour une escapade gourmande de trois jours à Charleston. Ce qu’on a aimé? Le format compact d’une petite ville historique pleine de charme qui se visite à pied, en prenant son temps. Les îles environnantes – Folly Beach, Sullivan’s Island, Isle of Palms, pour n’en nommer que quelques-unes – où l’on peut profiter de plages magnifiques à quelques enjambées de ponts. Le climat est doux presque toute l’année, ce qui en fait une destination intéressante pour nos mois frisquets (on bénéficie alors de rabais substantiels sur les hôtels). Et, bien sûr, le choix affolant de très bons restaurants. Quelques adresses choisies pour casser la croûte southern style.

 

 

Le coup de cœur
Leon’s Fine Poultry and Oyster shop
688 King Street

Le nom le dit: on y sert des huîtres et du poulet frit. Très, très bons. Et, aussi, d’excellents champagnes, parce que rien n’accompagne mieux le southern fried chicken que des bulles. Le restaurant est installé dans un ancien body shop, où l’on réparait des voitures il n’y a pas si longtemps. L’atmosphère industrielle est authentique – les grillages sont encore aux fenêtres – et l’ambiance, survoltée. Comme il est impossible d’avoir une table après 18h, nous nous sommes dirigés au bar pour patienter, mais nous y avons été si bien accueillis par le barman (du genre cool qui fait semblant de t’ignorer, mais qui sait exactement quand tu as besoin de quelque chose) que nous avons décidé d’y souper. Comme il faisait plus de 100°F, on a boudé les bulles et opté pour une bière (lui) et pour la slush de gin-tonic (moi). Ont suivi des huîtres au citron, persil, beurre et parmesan, juste assez chauffées au barbecue et servies avec des mouillettes de pain grillé, une salade iceberg glaciale au babeurre et, oui, du poulet frit bien craquant. J’y serais retournée le lendemain, mais c’était notre dernier soir.

 

Le nouveau rétro
Little Jack’s Tavern
710 King Street

Il y a les nappes à damiers vert et blanc, les banquettes, les photos du bon vieux temps sur les murs et un menu décidément rétro. Le genre d’endroit où l’on commande un cocktail de crevettes avec mayo aux herbes, des frites à l’ail et au persil, du poulet à la brique ou un burger parfait… et pour dessert, du sticky toffee pudding. Il ne manque que Frank Sinatra assis dans un coin. C’est cohérent, relax, 100% américain – et on n’est pas surpris d’apprendre que c’est l’équipe de Leon’s qui est derrière ce resto très couru.

 

Le Sud au menu
Hominy Grill
207 Rutledge Avenue

C’est l’adresse incontournable pour découvrir le low country cooking. Tout est bon (dans la catégorie friture/beaucoup de calories), pas trop cher et il y a du monde qui fait la queue en permanence. À ne rater sous aucun prétexte: les fried green tomatoes servies avec une vinaigrette ranch (eh oui!), les hush puppies, sortes de beignets aux jalapeños, et le fameux shrimp and grits, sorte de porridge de maïs aux crevettes (c’est bon). Les petits-déjeuners, copieux à outrance, sont très courus. On aime l’immeuble ancien et le fait que l’endroit soit fréquenté autant par les touristes que par les gens du coin.

 

 

Le classique
Husk
75, Queen Street

Un des restaurants les plus courus de Charleston est établi dans une très belle maison historique du quartier français. Charming, comme ils disent. C’est le premier restaurant de Sean Brock, un chef qui a depuis bâti un mini empire dédié à la nouvelle cuisine du Sud. Le menu, qui mise sur les produits du terroir et qui suit les saisons, change constamment. Une constante: les marinades maison, légendaires, et les petits pains maison au sésame, servis fumants, et accompagnés d’un beurre au… porc.

 

 

Le pas ordinaire
The Ordinary
544 King Street

Dans ce seafood hall niché dans un immeuble historique – une banque, en fait –, on célèbre le «merroir» de la côte des Carolines et on encourage l’ostréiculture et la pêche locales. Pas donné, mais les produits de la mer sont impeccables et l’atmosphère, celle d’une brasserie chic, est décontractée. À essayer: les plateaux de fruits de mer décadents servis avec des condiments classiques (mignonette) ou pas (sauce cocktail à la citronnelle). À noter: le 5 à 7 du mercredi, où les huîtres sont à moitié prix – parfait pour prendre l’apéro!

 

 

Le végécentrique
Butcher & Bee
1085 Morrison Drive

Le menu de ce restaurant un peu excentré est influencé par les saveurs du Moyen-Orient plutôt que celles du Sud, mais les produits sont rigoureusement locaux et de préférence éthiques. Au point où le menu de la succursale de Charleston diffère de celui de la succursale de Nashville. Le menu végécentrique offre beaucoup d’options sans viande comme des sandwichs vraiment intéressants (courge barbecue au chou fumé, vinaigrette à la coriandre), ainsi que des mezzés fabuleux (carottes épicées à la salsa verde, dattes au parmesan enveloppées de bacon, radis grillés au tahini et à la harissa) et des jus pressés à froid. La carte des vins, quelle bonne idée, est classée par prix uniques (bouteilles à 30$, 45$ et ainsi de suite).

 

 

Sur le pouce
The Daily
652 King Street et 135 Meeting Street

The Daily, ce sont les deux bébés de Butcher & Bee. Des hybrides entre le café sympathique et l’épicerie chic, où l’on n’offre que d’excellents produits locaux matin, midi et soir. De bonnes adresses pour échapper aux exorbitants (et souvent pas tellement bons) petits-déjeuners d’hôtel, pour manger le midi sur le pouce sans traumatiser sa Visa et pour remplir son cooler avant d’aller à la plage. Tout est frais du jour, et les pains sont cuits sur place.

 

Près de la plage
The Obstinate Daughter
2063 Middle Street

Le décor en bois délavé par les embruns donne le ton: ici, le mot de passe est casual. Après une baignade et une séance de lecture sous le parasol, on peut s’y présenter, du sable entre les orteils, pour un lunch décontracté et très bon, qui mise sur les fruits de mer (pas le choix, la mer est à côté) et des classiques italiens. Les plats à partager – comme le pain plat à la purée de fèves et l’espadon à la sicilienne – sont de bonnes options, de même que les pizzas et pastas, juste assez créatives.

Partager:

Commentaires