Comment rentrer les plantes à l’intérieur (mais pas les bibittes !)

Qu’il s’agisse de réintégrer les plantes d’intérieur qui ont passé leurs « vacances » au soleil ou de de faire hiverner certaines annuelles (géraniums, bégonias, impatientes) pour les replanter au printemps prochain, l’approche est sensiblement la même.

 

Photo  Caleb Woods



Acclimatation. Plus les nuits sont fraîches, plus le risque de choc thermal est élevé lorsqu’on rentre les plants à l’intérieur. L’idéal, s’il n’y a pas de risque de gel, est de les mettre à l’abri le soir et de les ressortir le matin pendant quelques jours avant le déménagement définitif.

Nettoyage. Pour éradiquer les insectes, on élimine les branches et les feuilles mortes avant de laver le plant et le pot avec un jet d’eau assez puissant. En général, ça suffit. On peut aussi vaporiser un savon insecticide (on en trouve dans les centres de jardin) sur toutes les surfaces en insistant sous les feuilles, où les bestioles aiment se cacher. Ne pas se lancer dans le DIY, car les détergents maison comme le savon à vaisselle sont souvent toxiques pour les plantes. Si on soupçonne une infestation, on peut aussi submerger le pot au complet dans un seau d’eau fraîche additionnée de savon insecticide. Enfin, si des invités non désirables se manifestent malgré tous ces soins, on isole le plant rapidement et on recommence le traitement.

Rempotage. Si la plante en pot – annuelle ou d’intérieur – a grossi pendant l’été, c’est le moment de lui offrir un plus grand contenant. Si on prélève une annuelle en pleine terre, il faut dégager la motte, nettoyer les racines avec du savon insecticide, retirer les parties séchées ou endommagées, rabattre les tiges les plus faibles et empoter dans du bon terreau. Dans les deux cas, on place la plante dans un endroit lumineux (pas trop s’il s’agit d’impatientes) mais toujours loin d’une source de chaleur, et on arrose lorsque le sol est sec, pas plus. Elle s’étiolera l’hiver, mais reprendra de la vigueur au printemps.

Bouturage. On peut également préparer les plantations de l’année prochaine – et réaliser des économies – en prélevant des boutures sur nos annuelles. Il suffit de sélectionner l’extrémité de belles tiges d’environ 10 cm, de les passer au savon insecticide et, si désiré, dans de l’hormone d’enracinement, puis de les planter dans de petits pots de vermiculite humide. On recouvre ensuite les plants de sacs de plastique (sans serrer) et on les place dans un endroit lumineux. Lorsque de nouvelles feuilles apparaissent, environ huit semaines plus tard, c’est signe que l’enracinement a réussi et on peut alors rempoter dans du bon terreau. Ensuite, il ne reste qu’à patienter en attendant le printemps !

NB. Les géraniums, les bégonias et les impatientes sont des plantes pérennes, mais qu’on considère ici comme des annuelles car les petites frileuses et ne résistent pas à nos hivers.

Partager:

Commentaires